.fb_reset { font-family: 'Open Sans', sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px; }

BLOGUE

Twitter est-il l’affaire d’une clique? Votre verdict!

16 mai 2011

Twitter par ci, Twitter par là, les médias de masse font vraiment une fixation sur Twitter depuis quelques mois au Québec. Des exemples? Dans les bulletins de nouvelles de TVA, le compte des journalistes est affiché à la fin de chacun de leur reportage. À Radio-Canada, Pénélope McQuade inscrit au début de son émission le #mot-clé à suivre pour participer à la discussion. Au gala des Artis, on a invité les téléspectateurs à écrire à leur vedette préférée via Twitter. C’est sans oublier les innombrables reportages dans les journaux et à la radio, les dossiers dans les magazines et toutes les références au site que l’on fait dans les émissions de grande écoute comme Tout le monde en parle.

Ce n’est pas moi qui va s’en plaindre. Je suis totalement accroc à Twitter et je suis intarissable sur le sujet. Mais le grand public, lui, est-ce qu’on est pas en train de l’écoeurer à force de lui rabattre les oreilles avec Twitter?

J’ai commencé à me poser la question lors de l’enregistrement de l’émission Le Verdict que vous verrez ce soir à Radio-Canada à 20h. Sans dévoiler de punch, vous allez découvrir à quel point la « masse » reste insensible aux charmes de Twitter. À vrai dire, si on se fit au sondage du Verdict, le pourcentage des gens qui disent utiliser Twitter frise le zéro absolu.

Alors est-ce normal qu’on en parle autant dans les médias? N’y a t-il pas là un décalage énorme entre l’offre et la demande? En d’autres mots, a-t-on raison de s’exciter autant alors que le public semble s’en branler un peu?

La surreprésentation des journalistes, animateurs, vedettes et autres influenceurs sur Twitter explique en grande partie pourquoi la plate-forme fait couler autant d’encre et de salive dans les médias. Mais je crains parfois que l’on amplifie involontairement un buzz qui n’atteint manifestement pas monsieur et madame tout le monde.

Alors je vous pose la question : les médias en beurre-t-il trop épais avec Twitter?

  30 commentaires

  1. 10 ans  

    Je ne ré-utiliserai pas le terme « beurrer épais » comme vous, mais je dirais que c’est correct qu’ils donnent leur username qu’on puisse les suivre de même que les mot-clef comme vous dites.

    Quand bien même ce n’est pas 40% du monde qui les suit, ce n’est pas grave. C’est de quoi de court, facile à taper pour suivre, beaucoup plus qu’une longue adresse web à taper OU plus simple qu’un site de média avec trente-douze panneau à chercher pour trouver la petite info qu’on a vu passer et qu’on voudrait des détails.

    Ne-non, moi je trouve ça bien correct et continuer.

    Les médias télé ont eu tellement peur de se faire voler la vedette par le web (et ça s’en venait) que là ils versent dans le TWITTER à toutes les sauces, mais quand même… Moi je trouve ça super bien.

    Les grands événements comme les jeux olympiques, match de Tennis, le débat des chefs dernièrement, TLMP, etc… c’est vraiment le fun de suivre sur Twitter et j’espère que ça va continuer.

    Donc peut-être qu’il n’y a pas énormément de personne qui les suivent sur Twitter les nouvelles, mais ce n’est pas grave. Ça va suivre.

    Je ne vois pas de « surreprésentation ». Si le journaliste à la fin de son reportage avait son MSN, ICQ, TWEETER, FACEBOOK, etc… ce serait trop. Mais juste twitter, c’est ben correct.

  2. Philippe Desjardins

    10 ans  

    Si l’on me posait la question : Utilisez-vous Twitter, je ne serais quoi répondre. J’ai un compte twitter mais je twitt jamais. Je suis abonné a quelque personne connu, comme un journaliste politique, une émission de sport et 2 commentateurs sportif. Moi je veux juste recevoir des nouvelles par twitter, il ne me viendrait pas a l’idée décrire ma vie ladessus en direct…

  3. Patricia Bérubé

    10 ans  

    je suis nouvellement accro à twitter….alors je suis bien contente quand je trouve des personnes à ajouter,
    (comme Dominic Arpin ajouté hier soir, alors que j’ai vu la pub du verdict!)
    J’aime beaucoup plus que facebook (trop lourd en jeux, gugusses et textes…..)
    Je crois que dans tres peu de temps, il y aura beaucoup plus de gens sur twitter

    • Marie-Josée Lemieux

      10 ans  

      J’aurais pu moi-même écrire ces lignes, j’endosse pleinement!

      • Martin Lahaie

        10 ans  

        J’endosse aussi la position de Mme. Bérubé!!!!

    • 10 ans  

      Bienvenue à toi sur Twitter! J’aime aussi beaucoup Facebook malgré ses nombreux irritants et je crois que les deux plateformes se complètent bien.

  4. Marie-Josée Lemieux

    10 ans  

    Non, y’a pas d’abus selon moi… Ceux qui ne Twittent pas n’en tiennent pas comptent et ceux qui twittent se servent des adresses laissées en référence à la télévision… mais aussi dans les journaux, les magazines, etc… Ce qui m’a mène à mon point d’intérêt: le service que se rendent les différents médias pour en faire découvrir d’autres par le public. Si on pousse la réflexion à l’extrême, et bien, alors, les journaux ne parleront plus des shows télé, la télé ne fera plus de pub pour les journaux, l’internet ne publiera plus de quotidiens?… les exemples sont extrêmes, mais j’espère qu’elles ont pu illustrer mon propos!… Hâte de lire les autres commentaires!

  5. S. Martineau

    10 ans  

    Twitter est un incontournable pour les gens friands de nouvelles, d’actualité et de potins. J’adore Twitter. Je l’utilise depuis un mois environ et en suis complètement accro. Même si mon entourage ne partage pas mon avis, je demeure convaincue qu’ils se laisseront tenter eux aussi bientôt. Avec Facebook aussi il y a eu des convertis retardataires. Anyway, je suis fière de twitter quand bon me semble. Phénomène à observer : les « veudettes » qui twittent entre elles et les autres qui daignent répondre au peuple. Il y a des soirées où c’est très drôle et divertissant. J’en ai mal aux joues. Ça rapetisse la planète aussi. Ça rapproche les gens. Ah vive les médias sociaux. Quelles merveilles.

  6. Chantal Gendron

    10 ans  

    Utilisatrice de Twitter depuis quelques mois, je constate que c’est davantage un réseau pour les gens travaillant auprès du public. Quelques soirs on dirait même du clavardage entre personnalités connues. Mais à la base Twitter est une source intarissable d’informations dont je ne saurais me passer. On est au courant des dernières nouvelles avant d’en entendre parler à la radio ou dans les journaux. Twitter donne l’impression de se rapprocher des «vedettes» mais pour moi c’est devenu ma source #1 d’informations. Je suis totalement accro!! Enseignante, je suis en minorité sur Twitter dans mon milieu de travail et parmi mes amis et ma famille. Vrai qu’il y a une grosse différence entre l’utilisation de Twitter parmi les médias et la population. Mais je tente de convaincre les gens!!!;-)))))

    • Marie-Josée Lemieux

      10 ans  

      Je suis enseignante aussi, et les infos lives n’ont pas de prix sur Twitter!

  7. Jean

    10 ans  

    C’est clair que tout le monde n’a pas une tablette. C’est clair que, lorsque je m’assois devant la télé, c’est justement pour lâcher l’ordinateur devant lequel je passe le plus clair de mes journées. C’est clair que, lorsque je tweete, je ne suis pas en train de regarder la télé. Je tweete pour me tenir au courant de ce qu’il se passe en temps réel (et je me demande vraiment pourquoi: les nouvelles de 22h vont me donner le résumé de ce que j’ai lu aujourd’hui… et à l’envers en plus, les tweets arrivant du plus récent au plus lointain, ce qui cause toujours une drôle d’interrogation: d’où c’est parti, cette nouvelle à laquelle répond plein de monde?). Bref, Tweeter, c’est du potinage en direct. Surtout quand ça concerne l’émission que tout le monde regarde en ce moment…

  8. Suzanne LaBrie

    10 ans  

    Ce qui me turlupine avec l’engouement pour Twitter c’est que, « le sacrifice au Dieu-Twitter » change la donne pour les journalistes et, partant, pour le journalisme.

    Donc : Si un journaliste est obligé de Twitter en direct, il n’a peut-être plus le temps d’analyser, penser et interpréter. Il est peut-être privé de la distance temporelle (ne serest-ce que quelques minutes) pour faire son travail.

    Mais bon. Avec Twitter, c’est la loi de la jungle, comme ailleurs.

    • 10 ans  

      L’instantanéité de Twitter est un grand danger pour les journalistes, vous avez tout à fait raison là-dessus. Ça mériterait un autre texte sur le sujet 🙂

      • 10 ans  

        Rappelons-nous du cas Pat Burns… Sa mort a été annoncée sur Twitter par certains médias alors qu’il était toujours en vie. Je pense que cet outil formidable d’information doit être utilisé avec modération

  9. JHL

    10 ans  

    Bonjour, je m’appelle Johnny et je suis un news junky. « Bonjour Johnny! »

    Pour moi, Twitter, c’est le « Last Frontier ». Je l’ai essayé et c’est trop pour moi. La frontière que je ne souhaite plus passer. La vitesse excessive de défilement des infos et leur traitement si superficiel en 140 caractères. On a que de l’anecdote.

    J’ai déjà tant d’information à traiter avec les sites web des médias traditionnels, pourquoi ça m’en prendrait plus? Et qu’est-ce que ça me donne de l’apprendre une heure avant les autres? Et tout ce potinage en plus? Au moins, avec les médias traditionnels, quelqu’un est payé pour faire un tri et me présenter l’info convenablement. Mais je reste vigilant. Je multiplie les sources. Déjà que je consomme trop d’infos. Que de temps que je pourrais passer à autre chose.

    Oh, y’a sûrement des utilités à Twitter. Je pense au soulèvement en Égypte. Mais pour gober mon info quotidienne? Avec Le Devoir, Cyberpresse et Radio-Can, je suis repu. Je triche parfois avec la BBC, The Onion, le Courrier international et quelques blogues comme ici. C’est mon dessert. Et je fais alors de l’embonpoint.

    Quand je vois tellement de monde sur leur téléphones intelligents à tout moment. Y’en avait un en fin de semaine en plein durant le 40ème anniversaire d’une amie. Je pensais qu’on était ici pour avoir du fun? En gang?

    « les médias en beurre-t-il trop épais avec Twitter? »

    Je pense que oui. Mais bon. Je me fais vieux aussi.

  10. Michel Lessard

    10 ans  

    Je trouve que Twitter est un outil d’information très pointu et très direct. Je consulte mon compte régulièrement tous les jours ainsi que quelques fils de presse.
    En étant forcé d’être bref, on se concentre généralement à l’essentiel du message. On perd en nuances, mais on gagne en rapidité et d’un certain côté, en qualité. Je déplore toutefois les comptes d’emprunt (ou anonyme), un abus moins présent avec les journalistes, pour l’instant.

  11. 10 ans  

    Mon verdict est, NON.
    Twitter n’est pas que l’affaire d’une clique de journalistes, mais de curieux, de ceux qui ont quelque chose à partager, et souhaite le partager d’une manière simple, brève. Twitter est un lieu de rencontre entre les curieux qui sont des twitters en puissance, et les acteurs de la société. Ces deux catégories s’interchangent.L’intérêt de l’outils est à la fois, l’accès à une info filtrée, optionnelle, sa primeur, et sa diversité.

  12. 10 ans  

    Facebook : La rencontre de ceux avec qui on est allés à l’école.
    Twitter : La rencontre de ceux avec qui on aurait aimé aller à l’école.

    Beaucoup plus qu’un lieu de socialisation, de vedettariat ou de potins (je me fiche un peu de ce que tel ou telle a mangé ce midi), il y a plusieurs usages de Twitter qui méritent l’attention : 1. réseautage et partage pour une communauté d’intérêt (ex. éducation, nouveautés tech, etc.); 2. usages par des journalistes qui «complémentent» leur analyse de l’actualité et qui tissent des liens avec le lectorat, tout en soumettant des questions pointues pour qu’on en débatte. Le métier de journaliste est en pleine transformation. Votre travail avec cet outil, M. Arpin, en est un bon exemple; 3. des usages «professionnels», par exemple : échanges en marge d’une conférence (le «backchannel») qui alimentent le sujet présenté et qui permettent une plus grande interaction.; 4. Twitter pour l’apprentissage : bien instauré, cela devient un levier puissant pour collaborer, échanger et apprendre. Pas convaincus? Suivez @frompennylane et @iclasse (@ppoulin) pour voir.

    Ce n’est pas une vague, c’est un tsunami. Et puis, quand ce ne sera plus Twitter, ce sera autre chose. Le 21e siècle est caractérisé par de profonds changements de notre relation au savoir et aux relations entre les gens. Parlez-en aux Égyptiens et Tunisiens, par exemple…

    Quant à moi, c’est un outil de veille professionnelle qui fait partie de mon quotidien. Ma façon de travailler et d’apprendre en est transformée.

  13. Lidia

    10 ans  

    Sans avoir lu les commentaires précédents, je pense que tout le monde ne parle pas de Twitter, ce sont les utilisateurs ardents de Twitter qui en parlent ardemment.

    Pourquoi les médias le mentionnent? Parce que Twitter devient un flux d’actualités plus puissant que les agences nationales d’info. A regarder comment l’audience de Dominique Strauss-Kahn hier était captée par les utilisateurs Twitter beaucoup plus vite que par les lecteurs des journaux en ligne. C’est ça aussi, tu as un accès plus rapide à l’information.

    Une seule remarque, c’est vrai que pour toute info prise du Twitter, les médias devraient attirer l’attention que twitter est un réseau de comtpes personnels et que les informations sont à vérifier par la suite, selon les normes journalistiques…

  14. Vincent Guérin

    10 ans  

    En tant que consultant en médias sociaux et SEO, il est clair que je prêche pour ma paroisse : Twitter, malgré son taux d’adoption encore faible au Québec et dans le monde, est un outil très puissant!

    Il m’a entres autres permi de décrocher l’emploi que j’occupe présentement chez w.illi.am/, en plus de discuter avec les Matt Cutts et Sarah Evans de ce monde, des personnes auxquelles je n’aurais jamais eu accès si Twitter n’était pas ce qu’il est.

    Twitter, c’est la mutation des mIRC et cie., des applications de clavardage où l’on retrouvait des gens de tous les milieux dans des « channels » dédiés. Ils furent très populaire durant un long moment; jusqu’à l’adoption de MSN Messenger et l’arrivée du 2.0 avec Facebook. La masse les a-t-elle adopté mIRC plus rapidement qu’elle adopte présentement Twitter? Je ne crois pas.

    • Vincent Guérin

      10 ans  

      Pardonnez-moi les nombreuses fautes. J’ai appuyé sur « Soumettre » sans me relire. Et il est impossible d’éditer un commentaire.

  15. Adrien Sylvestre

    10 ans  

    Oui pour la clique Twitter.. Je prend ça comme dans le temps ou les gens se rencontraient sur le balcon de l’église et jaser des dernières nouvelles. Chaque interlocuteurs a son opinions qu’il faut prendre avec un grain de sel. Ce n’est pas ma source d’information car je me méfie des nouvelles auxquels je ne sais pas d’où provient la source.

  16. Stéphane Lessard

    10 ans  

    Mon opinion sur le fait que la « masse » n’embarque pas?! Faisant partie de cette « masse », je dirais que c’est que pour nous, où plutôt moi et tous les gens donc je leur ai posé la même question depuis qu’il existe, c’est que le site Twitter n’est qu’une petite partie de Facebook, soit le « Fil de nouvelles »; il n’offre donc pas à première vue un truc de plus et il n’est pas plus alléchant non plus… du moins lorsque le début de Twitter s’est fait entendre… en ce moment, même si le site a du évolué, il est trop tard pour bien des gens.

Laisser un commentaire

Dominicarpin.ca - Copyright 2017 - Tous droits réservés