.fb_reset { font-family: 'Open Sans', sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px; }

BLOGUE

Le blogue qui tue

8 avril 2008

Peut-on trop bloguer? Je veux dire, peut-on bloguer à s’en rendre malade? Depuis que j’ai lu cet article inquiétant du New York Times hier, la question me hante. Peut-être parce que je me reconnais trop dans ce récit de blogueurs qui tombent au combat et qui n’arrivent pas à décrocher.

Le papier nous apprend que deux blogueurs prolifiques aux États-Unis sont récemment décédés de malaise cardiaque alors qu’un troisième a survécu à une crise du coeur. Les trois blogueurs se spécialisaient dans la techno…

Même s’il est impossible de prouver que leur blogue a été la cause directe de leur problème de santé, ces événements soulèvent un débat fort actuel. Bloguer est-il devenu un métier dangereux?

Je m’explique. De plus en plus de blogueurs se lancent sur le web dans l’espoir de se tailler une place de choix et d’attirer les annonceurs. Qu’ils soient pigistes pour un blogue collectif ou leur propre «employeur», un fait demeure : plus ils écrivent, plus ils sortent d’histoires, plus vite ils se font un nom et plus leur revenu est susceptible d’augmenter.

Ajoutez à cela la possibilité qu’offre un blogue d’écrire partout et n’importe quand, et vous vous retrouvez avec des blogueurs qui font de l’insomnie, qui mangent mal et qui travaillent jour et nuit, le nez collé sur leurs statistiques.

Je sais de quoi je parle. Depuis que j’ai installé mon bureau à la maison, je suis tout le temps tiraillé par l’envie d’aller lire mes commentaires, d’éplucher mon fil RSS et d’écrire. Je vis dans un perpétuel sentiment d’urgence. Sur un blogue, il n’y pas un, deux ou trois deadlines par jour. Chaque minute qui passe est une « heure de tombée ». Le stress n’a rien à voir avec celui de la télé où l’on vit un gros « rush » avant d’entrer en ondes. Non, avec le blogue, le stress est comme un soluté qui pénètre dans les veines au compte-goutte. Tout le temps.

Par chance (!!!), je suis passé par là l’an dernier (ceux qui me suivaient sur mon autre blogue s’en souviennent) et j’ai réussi à atteindre un certain équilibre, à reconnaître les signes avant-coureurs de la «dépendance».

N’empêche, la tentation n’est jamais bien loin.

Et vous, votre blogue vous obsède-t-il? Vous rend-il malade? Étendez-vous sur mon divan de cuir…

  22 commentaires

  1. 13 ans  

    Je ne dirais pas que ça me rend malade, mais c’est vrai qu’au début, comme tout le monde je crois, j’étais accrocher aux stats pour voir si ce que j’écrivais servait à quelque chose ou pas. Par-contre, c’Est vrai qu’il y a une certaine « dépendance » à toujours aller voir des blogs pour voir ce que les gens on a dire, essayer de trouver un texte ou n’importe quoi d’autre qui va nous toucher.

  2. 13 ans  

    Oh combien vrai! mais cela s’applique à tout travail fait avec passion, surtout quand le bureau est à la maison; il faut savoir tracer une ligne, sinon, c’est direction les problèmes. Ne jamais oublier qu’il y a une vie qui nous attend une fois fermé l’ordinateur…

  3. Geneviève Piquette

    13 ans  

    D’après moi, les frontières avec un blogue, surtout professionnel, sont trop poreuses pour ne pas devenir dépendant/e.

    Je m’explique. L’idéal serait que les blogueur/euses, j’entends professionnel/les surtout, puissent s’arrêter comme n’importe quel autre travailleur à partir de 5 ou 6 pm.

    Or, qui le fait ? C’est trop facile d’aller prendre ses messages, et aller poster un petit billet, et en bout de ligne, c’est le couple et la famille qui écopent.

    Ça reste une vie idéale pour des ermites des temps modernes.

  4. 13 ans  

    Évidemment, il y a une grosse différence entre un blog « professionnel » et un blog « amateur ». Si tu es payé pour bloguer (blogger? blogguer? maudite conjugaison de néologismes!), évidemment, la pression est forte pour que le contenu vaille vraiment la peine d’être publié. Mais si tu le fais pour le plaisir, comme c’est mon cas, tu es satisfait des cinq ou six commentaires que tu récoltes à chaque billet (ce qui est aussi mon cas! cinq ou six commentaires… sniff!!!).

    Bref, le surmenage professionnel guette tous les travailleurs passionnés, internautes ou non…

  5. 13 ans  

    J’ai commencé dernièrement à bloguer. Je ne le fais que pour le plaisir de le faire. Je n’ai aucune intention monétaire. Et pourtant, étant un passionné et professionel du marketing, je crois que je pourrais facilement créer un blogue qui se voudrait mercantile.

    J’écris sur ma vie et mes expérience, malgré que je n’ai que 5 billets, mon blogue n’est vivant que depuis quelques jour, je me suis promit d’y écrire à tous les jours si possible. Non pas parce que je suis accroc, tout simplement parce que j’aime le faire et je ne veux pas que mon blogue ne soit qu’une idée qui s’éteind trop rapidement. J’ai l’intention de le tenir le plus longtemps possible, ce n’est-ce que pour pouvoir le relire dans quelques années et me rappeller de bons et mauvais souvenirs 🙂

  6. 13 ans  

    héhé comme Pierre-Alexandre, je suis satisfait de mes quelques commentaires… et comme lui je me demande toujours combien de g mettre èa bloguer… pis ya tu un « u » ???

    aussi, je me suis mis dans la tête qu’avec mon doctorat en cours et mon nouveau bébé, je ne peux pas me permettre plus qu’un blog perso, sans publicités donc ce n’est ni pour devenir célèbre ni pour faire de l’argent… ça me calme lorsque j’ai des petites rages de bloguer… je ne me sens plus coupable si je ne blogue rien pendant une semaine… et je trouve un peu triste que des gens s’excusent de « bloguer moins que d’habitude » sur leur blog perso…

    par contre un blog pro ou bien un blog comme le tien (comment on appele ça ? un blog pro-perso ??) une régularité de publication est importante !

    ouf, méchant commentaire, je vais me reposer en retournant travailler 😉

  7. Bill Cosby

    13 ans  

    Francois Gagnon, Dominic Arpin, Patrick Lagacé, Stéphane Laporte sont des enigmes pour moi.

    Souvent je me dit fuck ils ont pas de vie a tout les 10 mn ils ont un nouveau sujet.

    Genevieve dit: Ça reste une vie idéale pour des ermites des temps modernes.

    Le hic tout c’est ti gars la on des femmes et enfants, cherche l’erreur.

    Tant qu’a moi la venue de ma petite tunamie a faite que le bonhomme a slacé la poulie pas mal et que les moderateur sont assez fatiguant et qui jouissent de leur power trip et que je vie sur une mauvaise réputation non fondé bien entendu:))))))

  8. 13 ans  

    « M’étendre sur ton divan en cuir…!!!!,ouf! Je t’avais pourtant dit que jusqu’a la fin mai ma perception est à un autre niveau!!!…hihiii!
    (J’inspirrrrrrrrre, j’expirrrrrrrre..)

    Bon ok, tu sais je te lisais et je vivais exactement dans mon corps tes mots, je me suis aussi rendu compte que ça devenais une genre de drogue comme tu le décris si bien,moi je ne m’occupe d’aucune statistique, c’est autre chose je ne sais pas comment le dire en mots, une sensation de frénésie dans mes veines, quelques fois je pense que ce n’est pas tres loin de l’orgasme!!!!!!!..(bon ok j’exagère mais quand même, l’exemple démontre l’intencité!…;)…Alors oui prendre du recul, oui respirer la vie et surtout prendre cette belle énergie et l’a bouger!…;)

  9. 13 ans  

    @Geneviève Ce qui est encore pire et ce dont je n’ai pas parlé dans mon texte, c’est la frontière entre le travail et le plaisir. Je veux dire, surfer sur le net est à la fois pour moi un divertissement et un travail. Quand je regarde une webtélé, je le fais parce que j’en ai envie mais aussi parce que je vais bloguer là-dessus. Tu vois?

    D’un autre côté, j’aime mieux confondre hobby et travail que de me faire chier dans un job que je n’aime pas. Encore une fois, tout est une question de modération.

    @Dianerythme Ce dont tu parles, c’est la fierté. Le bonheur d’écrire quelque chose dont tu es fière, et aussi l’excitation de le partager. C’est un peu la sensation que l’on ressent sur une scène ou devant la caméra, une espèce de sentiment d’exister. Je blogue donc je suis, c’est bien connu 😉

  10. 13 ans  

    @Bill Ne crains pas, madame veille au grain. Quand j’ambitionne, je me le fais dire assez vite merci. Mais tu as quand même raison, lorsque je constate à quel point j’écris le soir, les week-ends, le matin, je suis un peu découragé. Juste un peu…

  11. 13 ans  

    Pour ce qui est des termes « blogue » ou « blog », le premier est une invention québécoise et devrait se conjuguer comme le verbe « blaguer ». Personnellement, je trouve « blog » vraiment inélégant.

    Pour ses déclinaisons, comme « blogosphère », il est inutile en français d’ajouter un « u » entre « g » et « o » dans les mots, comme « lingot », « fagot », « agonie », « ego », etc. Pour ceux qui veulent « absolument » utiliser le terme anglais, il est nécessaire de doubler le « g », sinon il devient un « j », comme « Roger »…

    Et la pratique du blogue…

    Il est clair que bloguer est une suite de lancement de bouteilles à la mer du web. Autant les billets, que les dialogues dans son propre blogue, que les commentaires laissés ailleurs (surtout pour les non-pros) sont importants. Le dynamisme d’un blogueur dans toutes ces sphères se répercute en retour. Il faut cultiver l’intérêt, juste avoir un blogue n’est pas suffisant, mis à part s’il est hébergé sur un site corporatif.

    D’où le symptôme du blogueur hanté par son blogue 24 heures sur 24…

  12. 13 ans  

    Oui Dominic c’est exactement ça, j’avais la même frénésie avant de monter en scène, imagine là il n’y a personne devant moi « live » mais je sais bien au fond que les gens me liront tôt ou tard… un sentiment d’exister c’est tellement bien dit, je n’aurais pu mieux le décrire…(silence)
    Merci Doc pour la consultation!….;-)

  13. 13 ans  

    Non mon blogue ne m’obsède pas, mais pour les gens que sa l’est pourquoi ne pas se donné des heures de tombé fictive. Sa règlerait les problèmes non?

  14. 13 ans  

    Parfois je crois que je suis aussi à la limite de la dépendance. Je sais que mon blog n’est pas très achalandé, mais j’ai quand même le désir de faire des trouvailles intéressantes sur le web, d’écrire des billets qui incitent les gens à écrire, débattre… échanger quoi!

    Mais oui, parfois je passe beaucoup de temps à travailler dessus. Est-ce que c’est maladif? Pas encore. Est-ce que ca pourrais le devenir à plus long terme? Peut-être. Je vous tiendrez au courant!

  15. 13 ans  

    Confession: hier soir, j’ai attendu minuit avant de poster un billet, puisque ça aurait été le 3e de la journée… C’est grave docteur? lol

    Sérieusement, étant travailleuse autonome depuis plusieurs années, j’ai toujours eu besoin de «bonbons». Des petites doses de plaisir pour garder le feu sacré allumé. C’est ce que représente mon blogue en ce moment. La possibilité d’écrire sur ce que je veux, quand je veux. Il est d’ailleurs là le danger: j’ai maintenant une raison de fouiller les sujets qui m’accrochent puisque je peux ensuite les partager. Plus besoin d’attendre le «oui» ou le «non» d’un rédacteur en chef. Mais bon, comme me l’a dit quelqu’un récemment, ce n’est pas ce qui paie l’hypothèque… 😉

    Pendant des années, j’envoyais de longs courriels à mes amis quand je voyageais. Puis, en vivant à l’étranger pendant plusieurs mois, j’ai peaufiné le tout pour en tirer un bouquin (Cartes postales d’Asie, pour la plogue;-). C’est pareil pour le blogue. Pour chaque billet, c’est un peu comme si je criais «Hey! Avez-vous vu ça? C’est capoté…» Je prends tout le temps des notes dans ma tête. J’écris sur ce que j’aimerais lire, la touche perso en plus. C’est aussi parce que je n’arrive pas à passer suffisamment de temps tranquille devant l’ordi pour écrire les romans que j’ai en tête en ce moment que j’ai décidé de créer un blogue. Pour remettre la créativité à «on», pas seulement remplir des commandes…

    En fait, je fais la même chose avec mon blogue qu’avec mes courriels, jadis. La différence? Mes amis viennent me visiter quand bon leur semble plutôt que de se taper un énième message de ma part dans leur boîte aux lettres! Et puis, il y a aussi des inconnus qui débarquent et partagent les mêmes passions que moi, et ça, c’est aussi très intéressant.

  16. 13 ans  

    Merde alors … moi qui vient de commencer à bloguer pour de vrai. J’avoue être déjà accroc. J’ai hâte, d’ailleurs, d’en faire plus et qu’on me lise dois-je arrêter ou continuer ? surtout si j’aime ça et que moi aussi je considère sa comme job personnel et passion !?

  17. 13 ans  

    @Marie-Julie Tes amis sont sans doute plus nombreux encore à te visiter depuis que Lonely Planet t’a sélectionné comme le blogue de la semaine. J’en profite ici pour te féliciter!

    @Amandine Le but de mon post n’était pas de décourager quiconque, au contraire. Je l’ai déjà écrit mille fois, le blogue est le médium le plus extraordinaire qui existe, et là c’est un gars qui fait de la radio, de la télé et de l’écrit qui te le dit. Il faut seulement faire attention de ne pas tomber dans l’excès. Mais ça vaut pour tous les types de passion!

  18. 13 ans  

    Oufff .. Merci d’aborder ce sujet Dominic, car je suis justement à me poser cette question. Moi ce n’est pas un blogue, mais plutôt un genre de vlogue personnelle et en même temps imaginaire. Ça fait maintenant 8 mois que mon site est ouvert et à part mon travail à plein temps je passe 30 heures par semaine à réaliser mes choses parce que premièrement j’aime ça, mais aussi parce que j’aimerai en vivre un jour. Pourtant j’ai une femme et 2 enfants de bas âge et j’avoue que ma femme commence à être tanné que je ne puisse pas encore en vivre 🙁

    Le problème est que je fais toutes mes choses seules : scénario, montage audio , cameraman, comédien, montage vidéo, mon site web et répondre au courriel …

    Donc oui je suis dépendant, mais j’adore faire ça.. C’est ma vie. Je veux toujours faire plaisir aux autres et essayer de trouver une façon de les émerveiller à chaque vidéo.

    Alors, à ta question oui mon Vlogue m’obsède hihihi mais dans le bon sens je crois .. Car je suis obsedé par ma passion comme toi .. Il faut simplement équilibrer la vie familiale et un jour notre rêve se réalisera.

  19. 13 ans  

    Mon blogue me mène complètement par le bout du nez!

    Mais j’aime ça…

  20. Alexandre

    13 ans  

    Moi, je ne sais pas trop quoi penser du blogue. J’aurais envie de commencer à bloguer alors que je terminerai bientôt d’écrire pour mon journal étudiant sur le Web, pour continuer à jaser d’actualités et autres, mais premièrement, je me demande si c’est pas inutile quand tu vois les gros blogues comme Lagacé qui marchent fort là-dessus ou celle du gros BS, etc. Deuxièmement, malgré que je suis jeune (23 ans), j’ai l’impression de rien connaître là-dessus, j’ai aucune idée ou presque quel site aller, à quelle fréquence écrire, les tags et tout ça. Mais bon, en même temps, le goût d’écrire fréquemment me titille aussi car je me dirige vers une job en communication écrite… En tout cas, cet article porte à réfléchir.

  21. 13 ans  

    J’ai commencé à bloguer lors d’une sabbatique en 2005, les 2-3 billets par jour ne me faisaient pas peur à ce moment-là! Je crois qu’avec le temps on en vient à mieux doser ses pulsions d’écriture, mais aussi (surtout même) celles de lecture. Vive la saine gestion des RSS!

  22. 13 ans  

    Salut Dominic !
    Tu as pleinement raison et la passion est la meilleure explication. Quand on fait ce que l’on aime, on y compte pas les heures et on peut s’en rendre malade… à moins que tu doubles cette passion avec une passion sportive!

    Avec une entreprise, trois enfants, du sport et une vie sociale, je me retrouve à bloguer 2 ou 3 fois par semaine et « ça fait la job »! Par contre, mon blogue n’est pas ma source de revenus primaire (une chance !)mais on aime bien voir nos chiffres monter !

    L’équilibre dans tout… Je connais des chefs d’entreprise qui meurent à 40 ans pour les mêmes raisons…

Laisser un commentaire

Dominicarpin.ca - Copyright 2017 - Tous droits réservés